Rencontre avec des représentants de l’AMF, de l’ACPR et la Banque de France (témoignage)

C’est lors d’une conférence sur les nouveaux moyens de paiement à Bastia (Haute Corse) donnée par Yvan Odonnat, Directeur adjoint des opérations de la Banque de France, que le dialogue entre des porteurs de projets blockchain et les autorités s’est amorcé. Seul crypto-enthousiaste de l’assistance, j’ai décidé de venir en aide à ce fonctionnaire qui faisait ce qu’il pouvait pour nuancer le positionnement de la Banque de France.

Les chefs d’entreprise présents s’attendaient à ce que les autorités fustigent le bitcoin et déclarent la guerre aux crypto-monnaies mais Yvan Odonnat ne voulait pas entrer dans ce positionnement simpliste. Accusé de laisser grossir une tendance qui emmènerait le pays « dans une grave crise financière comme celle de 2008 », je pris le parti de prendre sa défense en expliquant les multiples applications de la blockchain. L’assistance se calmait et j’étais invité à poursuivre le débat autour d’un verre de champagne.

Je pris rapidement la mesure du fossé qui me séparait de ce fonctionnaire de l’Etat qui n’avait ni compte Bitcointalk, ni 2FA Bittrex, ni Telegram, ni Wallet de stacking. Cependant, la volonté de pénétrer cet univers et de le décrypter m’encouragea à lui céder un peu de terrain sur les pratiques récentes des ICO’s, la psychologie des investisseurs particuliers ou encore sur les scams qui inondent les réseaux.

Après avoir échangé nos numéros de téléphone, nous fûmes sollicités, mon associé et moi-même, à venir présenter aux autorités une sorte d’état des lieux « underground » de l’écosystème des crypto-monnaies et des ICO’s. Une des missions de la Banque de France étant la protection du consommateur et le droit à la bancarisation, je trouvais la démarche louable et pour notre projet Crypto-Sport c’était l’occasion de serrer des mains.

François-Xavier Thoorens de la société ARK (première Crypto monnaie Française avec 160M$ de capitalisation) nous a accompagné dans cet exercice pour la partie technique et sécurité de la blockchain. L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) avaient rejoint le débat autour des cadres techniques de la Banque de France.

Nous avons pu parler, sans langue de bois, des problématiques de bancarisation des ICO françaises. Pourquoi toutes les ICO’s se réfugient dans des pays avec une fiscalité et des contraintes plus douces ? Pourquoi, si rien ne se passe sur le territoire français, nous n’aurons jamais rien à réguler ? Comment se fait-il que la France qui a le plus ancien échange de Crypto-monnaie se retrouve aujourd’hui en queue de peloton en terme de volumes, devancé par Coinbase, Kraken… ?

Il ressort de ces débats qu’en ce qui concerne la bancarisation, aucune autorité ne donne de consignes aux banques pour évincer les entreprises crypto. C’est pourtant une constante que nous avons soulignée auprès du directeur de la BDF mais ce dernier nous explique que la relation entre une banque et ses clients se veut avant tout « de confiance » et que la lutte anti-blanchiment est souvent la cause de bannissements de pure précaution.

Nos interlocuteurs furent assez bienveillants et semblaient comprendre les enjeux, même si la sécurité les effraie. François-Xavier Thoorens leur a expliqué que le modèle de contrôle était à réinventer, étant donné l’absence de tiers de confiance, mais que la transparence de la blockchain offre des perspectives de contrôle encore plus puissantes qu’avec les monnaies fiduciaires.

De gauche à droite sur la photo :
Pierre Hebting : Co-créateur Crytpo-Sport
David Hamel : Co-créateur Crypto-Sport
François Xavier Thoorens : Co-créateur de ARK
Ivan Odonnat : Directeur adjoint des opérations @banquedefrance
Andrés Lopez Vernaza : Chargé de mission auprès du Chief Digital Officer @Banquedefrance

A propos de l’auteur :

David Hamel a conçu, avec Pierre Hebting, le projet Crypto-Sport, programme de « fidélité sportive » qui reposera sur la blockchain Ark et une application mobile : « Crypto-Sport a parmi ses objectifs d’accompagner le changement de gouvernance du monde du sport en plaçant, grâce à la blockchain, le pratiquant sportif au cœur d’une galaxie qui le relie aux clubs, association, équipementiers, compétitions, enquêtes etc… »

Источник

Добавить комментарий